Où est passé le PS…

(image : lepoint.fr)
(image : lepoint.fr)

L’image dégradée de la politique est la faute de ses partis politiques.

Sans parler du fond en évoquant le  » grand cadavre à la renverse  » de Sartre, repris par Bernard-Henri Lévy, il convient d’ouvrir les yeux, de tendre l’oreille, et de s’apostropher : Où est le parti socialiste ?

Même la débâcle des élections municipales dont l’une des causes essentielles est ce que l’on décrit présentement, n’a fait que le plonger encore plus dans le mutisme et la disparition où il est entré depuis l’élection de François Hollande en 2012.

Alors on ne comprend pas ? Une bizarrerie du comportementalisme politique qui peut-être a eu ses précédents qui n’en demeure pas moins consternante et incompréhensible.

 » Une fois arrivé au pouvoir, j’abandonne tout !  » aurait clamé dans leurs têtes et en accord les dirigeants du parti majoritaire. Comment alors justifier cette désertion du champ politique et de l’espace médiatique ? Le symbole de tout cela étant la nomination comme premier secrétaire ou plutôt à la tête de ce parti l’antithèse du génie politique, le non-charisme politique, un leader d’association ce qu’il fut d’ailleurs.

Ont-ils décidé que une fois la conquête du pouvoir accomplie, il n’y avait plus lieu de faire de la politique hors-gouvernement et de défendre ses idées en toute indépendance du président de la république ?

Henri Emmanuelli a fait une sortie, sans doute arrive-t-elle un peu tard, sur cette situation pitoyable où dit-il  » on a franchi les limites de l’acceptable.  » Il en appelle à ce que se tienne un  » congrès extraordinaire  » ou que le  » premier secrétaire démissionne « . Il n’a pas hésité à qualifier le parti socialiste de  » parc à moutons  » qui est dans un  » état de coma profond « .

Le plus dur est pour le militant socialiste qui voit son président s’empêtrer dans une sale besogne à l’Elysée et son parti disparu des écrans radars.

Quand à la droite, sa position est certainement plus grave et pathétique. Le premier parti d’opposition ne fait pas le poids et est éclaté dans des affaires internes misérables et des affaires judiciaires comme celles nombreuses de son ancien président ou de ses anciens représentants.

La confiance des français à une classe politique détestable n’est pas près de revenir.

I.H.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s