Les ados en politique

EELV
EELV

Quand les écologistes sont le miroir ou la caricature de la transition d’une époque. 

Sans aborder des choses compliquées (historicisme…) on peut émettre un constat indiscutable sur le  » niveau  » – relatif – de nos sociétés et de ceux qui nous gouvernent. Si un De Gaulle ou même un Mitterrand venaient à surgir de nos rangs, on serait tenter de parler d’anachronisme, d’apparition anachronique. Tant le monde a changé – ou évolué – dans toute sa globalité, ses sociétés, ses hommes.

D’un certain sens, on pourrait se réjouir que toute la dramaturgie, le sens tragique, l’arrogance ou l’inconscience des gens qui nous ont précédé soient révolus. Nous vivons une époque apaisée dont les remous ont pris une autre forme, mais dans ce cas on peut parler de progrès.

Néanmoins, le  » niveau  » politique de nos élites ou de nos gouvernants a atteint tout de même un bas jamais atteint. Faire de la politique c’est avoir de la hauteur, du recul ; c’est être porté par une vision, ses responsabilités… Un comportement qui a disparu et que l’on ne voit guère chez des énarques administratifs, bureaucratiques et gestionnaires s’ils ne sont pas pour d’autres des amateurs.

C’est aspect est central dans la mutation globale que notre époque est en train de vivre. Et ça se fait sentir jusque dans les élections locales où chaque individu, chaque citoyen exprime son désarroi sentant que quelque chose ne colle plus. Alors il faut se réinventer.

Le parti EELV incarne bien cela. Le parti qui doit porter le message d’une urgence dans la refondation de nos vies se trouve dirigé par – passez-moi l’expression – des  » ados  » en politique. Leur refus de saisir l’opportunité de diriger le grand ministère de l’écologie où est rattachée l’énergie pour mener ce qui est central pour eux à savoir la transition énergétique, est symptomatique d’un effondrement de la stature des leaders politiques. Tout cela, ne nous le cachons pas, est simplement le non-vouloir de Cécile Duflot d’être la ministre d’un gouvernement dirigé par Manuel Valls.

La politique ce n’est pas ça ! La politique c’est faire avancer ses idées malgré les inconvénients et les obstacles en imposant son brio politique et son camp. La politique ce n’est pas avoir des états d’âme personnels qui devancent nos décisions et nos orientations  parce que tel ou tel ne m’est pas sympathique ou, dont acte, possède une ligne politique qui n’est pas exactement la mienne. Et puis la politique doit être au-dessus de la politicienne.

I.H.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s